Actualités

27 juin 2019

Mawazine déclare sa passion à la musique : « We Are Family ! »

Rabat, 26 juin 2019 : Considéré comme l’un des meilleurs rappeurs des Etats-Unis, Travis Scott a été l’un des grandes attractions de cette sixième journée, au cour de laquelle le Festival Mawazine-Rythmes du Monde a une nouvelle fois fait le plein de public. Enchaînant les succès depuis sa rencontre en 2013 avec Kanye West, le rappeur américain a livré à l’OLM Souissi une prestation phénoménale pour son premier concert au Maroc. Une performance menée de main de maître par ce performer hors norme qui a collaboré avec les plus grands : Drake, N’as ou encore DJ Khaled !

Sur la scène internationale, les festivaliers ont aussi découvert ce même soir une autre superstar de la musique : la chanteuse Aya Nakamura, qui a rythmé le quotidien de la jeunesse française en 2018 avec ses tubes ComportementCopines et surtout Djadja dont le clip cumule à ce jour près de 400 millions de vues sur YouTube ! Un concert inédit en forme de récompense pour cette artiste née au Mali dans une famille de griots.

Véritable machine à tubes, les Sister Sledge ont elle aussi créé l’événement. Ovationnées au Théâtre National Mohammed V, les sœurs Deborah et Kim ont prouvé qu’elles restaient de véritables icônes du disco avec 15 millions de disques vendus et plus de 100 prix et distinctions. Dans le cadre de sa tournée mondiale, la formation a effectué une étape remarquée à Rabat, interprétant ses plus grands succès dont l’indémodable We Are Family, repris en choeur par la foule.

A l’espace Nahda, le Festival Mawazine-Rythmes du Monde a écrit une nouvelle page de la chanson orientale avec la venue de deux figures incontournables : le Libanais Walid Toufic et la Jordanienne Diana Karazon qui ont tous deux fait un carton avec un répertoire riche de chansons composées par les auteurs les plus réputés du monde arabe.

Autre temps fort, cette fois-ci à Salé, avec la performance de Manal, une figure de la pop et du trap marocain. Désignée en 2015 Meilleure Artiste Féminine d’Afrique du Nord par les Afrim Awards, la jeune Marrakchie a fait vibrer l’audience en reprenant ses titres les plus populaires. Tout comme le rappeur casablancais Lbenj dont le dernier opus, Milliard, a fait sensation.

Riche de sa double culture africaine et européenne, Youssoupha a quant à lui marqué de son empreinte la scène du Bouregreg. Dominant le rap français par son verbe et sa liberté de parole, l’artiste a manié l’art des mots avec brio, délivrant un rap conscient inspiré de sa jeunesse.

Au Chellah, c’est la sublime Sharmila Sharma qui a ébloui le public. Dans ce nouvel hommage au patrimoine du peuple Rom, cette figure de la musique, du chant et de la danse kathak, était entourée de quatre musiciens de renom : la chanteuse Madhubanti Sakar, le tabliste Prabhu Edouard, le flûtiste Henri Tournier et le sitariste Michel Guay.

Hors des scènes, le Festival Mawazine-Rythmes du Monde a aussi gagné les rues et places de Rabat. Le groupe Hot Streets a proposé un grand spectacle de percussions qui a envoûté les habitants et visiteurs. Au programme : des rythmes endiablés et des tenues impressionnantes. Impressionnante également, la Fanfare Bladi a mis à l’honneur les instruments à vent en mêlant avec talent les rythmes marocains et la grande tradition de la fanfare.

Télécharger le communiqué de presse